Bienvenue!

Le député de La Pointe-de-l’Île et porte-parole du Bloc Québécois en matière de langues officielles, Mario Beaulieu, lance officiellement une tournée de promotion et de consultation sur le français langue commune, qui aura lieu au Québec et au Canada.

Cette tournée a pour but de sensibiliser et de mobiliser la population et d’effectuer une large consultation sur les principaux enjeux et les mesures prioritaires à adopter en vue d’assurer la vitalité et la pérennité du français au Québec, ainsi qu’au Canada, en favorisant l’usage du français langue publique commune dans les régions francophones et acadiennes.

La tournée qui se déroule au Québec se poursuivra jusqu’en septembre 2018. Les communautés francophones et acadiennes seront consultées à partir de novembre 2017 jusqu’à mars 2019.

Un court message de Mario Beaulieu

LES MODÈLES QUÉBÉCOIS ET CANADIEN

Le modèle québécois de l’aménagement linguistique, défini par la Charte de la langue française, dite « Loi 101 », se fonde sur les droits collectifs territoriaux, en établissant le français comme langue officielle et commune au Québec.

Ce type d’approche est reconnu comme étant efficace pour assurer l’avenir et l’épanouissement d’une langue minoritaire.

Le modèle canadien, défini par la Loi sur les langues officielles, a été établi à partir de principes fondamentalement différents, soit une politique de bilinguisme des institutions fédérales en fonction de droits individuels linguistiques variables (là où le nombre le justifie) partout sur le territoire canadien.

L’étude des modes d’aménagement linguistique à travers le monde démontre que ce type d’approche ne permet pas de contrer l’assimilation des langues minoritaires.

Plus d’information sur les modèles canadien et québécois

L'ÉTAT DE LA SITUATION

Au Canada

La situation du français au Canada confirme que les politiques axées sur le bilinguisme officiel et les droits individuels favorisent une assimilation extensive des francophones.

Depuis 1971, les données de Statistique Canada nous ont révélé que l’assimilation des francophones ne cesse d’augmenter dans les provinces et les territoires où ils sont largement minoritaires. Et dans la plupart des régions, plus ils sont minoritaires, plus l’assimilation est rapide et croissante.

Plus d’information sur la situation du français au Canada

Au Québec

Les progrès favorisés initialement par la Charte de la langue française se sont graduellement amenuisés à mesure qu’elle a été affaiblie dans tous ses secteurs d’application.

Le français est encore loin d’être la langue publique commune dans l’espace public et dans les milieux de travail au Québec. L’analyse rigoureuse de l’ensemble des recherches des dernières années sur la situation linguistique du Québec en général, et de la région métropolitaine en particulier, montre que le pouvoir d’attraction de l’anglais supplante encore largement celui du français chez les Québécois allophones.

Plus d’information sur la situation du français au Québec

Pourquoi la campagne de sensibilisation et promotion du français langue publique commune intitulée « 101 victoires pour le français »

Le gouvernement fédéral, les groupes de pression anglophone et la presse du Canada anglais se sont livrés à une campagne de dénigrement intensive de la Charte de la langue française dès son établissement. Dans ce contexte, la question linguistique est devenue un véritable tabou.

En tant que langue publique commune, le français au Québec devrait être non seulement la langue utilisée par les francophones entre eux, mais la langue utilisée dans les communications « interlinguistiques », la langue parlée entre citoyens de langues maternelles différentes. Faire du français la langue commune est un facteur essentiel pour intégrer les nouveaux arrivants à la société québécoise autant que pour assurer l’avenir du français.

Plusieurs études démontrent même que de nombreux citoyens francophones au Québec ont plutôt tendance à utiliser l’anglais avec les personnes dont le français n’est pas la langue maternelle. Il est donc nécessaire de sensibiliser les citoyens à l’importance de communiquer en français dans l’espace public.

Parallèlement, au Québec, les institutions privées ou gouvernementales fédérales, provinciales et municipales sont revenues en pratique à offrir des services en anglais aux nouveaux arrivants ou à quiconque le demande à Montréal comme dans toutes les régions.

Le gouvernement du Canada avec sa Loi sur les langues officielles et les groupes de pression anglophone qu’il finance travaillent activement pour contrer l’usage du français en tant que langue commune et officielle au Québec. Ottawa refuse que la Charte de la langue française s’applique aux entreprises de compétence fédérale.

Des organismes comme le Québec Community Group Network interviennent fréquemment pour que les politiciens n’utilisent pas le français comme langue commune.

Il est également important de sensibiliser la population et les organismes à la distinction entre le bilinguisme institutionnel et individuel. Certains pensent qu’utiliser le français comme langue commune implique une fermeture face à l’anglais ou aux autres langues alors qu’il s’agit d’un geste d’ouverture et d’accueil des nouveaux arrivants. Il faut connaître et utiliser une même langue pour se comprendre et pour former une société unie et solidaire. C’est dans cet esprit pluraliste et inclusif que la Charte de la langue française a été adoptée.

La tournée québécoise de consultation

Nous sollicitons l’avis de toutes les Québécoises et tous les Québécois sur les enjeux névralgiques pour l’avenir du français au Québec. C’est pourquoi nous vous invitons à participer à la consultation en ligne et à formuler des commentaires sur l’approche et les actions nécessaires pour faire du français la langue commune et assurer sa pérennité.

Afin de favoriser une discussion éclairée, nous avons élaboré un questionnaire en ligne et des capsules d’information.

Des audiences et des tables rondes se tiendront dans toutes les régions du Québec et permettront aux principaux acteurs socio-économiques de formuler des propositions et de réagir aux orientations proposées.


Date et lieux des rencontres de mobilisation citoyenne «101 victoires pour le français»

Date et heure Endroit
Le dimanche 4 juin, 19h L'Incrédule Bistrot
288, rue Saint-Charles Ouest
Longueuil
Le mardi 6 juin, 19h30 Association du patrimoine d'Aylmer
495, chemin D'Aylmer
Gatineau
Le vendredi 9 juin, 19h Café plus 2010
533, rue Commerciale
La Tuque
Le dimanche 11 juin, 11h Centre communautaire Claude Allard
3200, avenue d'Amours (Salle 105)
Québec
Le dimanche 11 juin, 19h SSJB salle Ludger-Duvernay
82, rue Sherbrooke ouest
Montréal
Le dimanche 18 juin, 11h Parc de l'hôtel de Ville
11370, rue Notre-Dame
Montréal-Est
Le vendredi 30 juin, 19h Centre de jour l’Échelon
516, avenue Georges V
Montréal-Est

 


Dates et lieux pour les rencontres de consultation

Ville Date Heure Endroit
Gatineau Mercredi 27 septembre 19h ENAP (salle à confirmer)
Québec Mercredi 11 octobre 19h ENAP (salle à confirmer)
Rimouski Jeudi 12 octobre 19h Le navigateur
Montréal Mardi 14 novembre 19h ENAP (salle à confirmer)
St-Jérôme Mercredi 15 novembre 19h UQO
Saguenay Lac St-Jean Jeudi 16 novembre 19h UQAC

Le questionnaire